Manfred Weber vs. Frans Timmermans : la course au Berlaymont commence

Mercredi 21 novembre 2018

La Commission Juncker, nommée en 2014, sera remplacée en novembre 2019 à la suite des élections européennes qui auront lieu au mois de mai. Ces élections détermineront la composition du Parlement européen et le groupe politique parlementaire arrivé premier pourra dès lors proposer au Conseil européen un candidat à la présidence de la Commission européenne (le "Spitzenkandidat", à savoir le « candidat au sommet »), bien que le Conseil européen ne soit pas juridiquement contraint de l’approuver Pour l’instant, les deux favoris au poste sont l’Allemand Manfred Weber et le Néerlandais Frans Timmermans.

Les deux groupes politiques les plus représentés au Parlement européen ont tous deux nommés leur Spitzenkandidat en vue des élections. Il s’agit de Manfred Weber pour le Parti populaire européen (PPE) et de Frans Timmermans pour le Parti socialiste européen (PSE).  Le groupe des Conservateurs et réformistes européens (CRE) a quant à lui designé l’eurodéputé tchèque Jan Zahradil alors que les autres formationsn’ont pas encore déterminé leur candidat. Ses chances semblent bien minces face aux deux favoris au regard des sondages. L’article se focalise donc sur ces deux candidats dans la course à la présidence de la Commission européenne, dont le mandat débutera en novembre 2019 pour se terminer en 2024.

Manfred Weber : le conservateur cherchant à rassembler

La dernière analyse de sondage effectuée par l’agence Reuters confirme la place de numéro 1 du PPE aux prochaines élections européennes et donc la possible victoire de la candidature de Manfred Weber.[1] L’eurodéputé allemand a obtenu le soutien de sa formation lors du congrès qui s’est tenu à Helsinki le 8 novembre 2018. Anciennement député du parlement bavarois, ce chrétien-démocrate est devenu eurodéputé lors des élections de 2004. Il s’engage à la création de 5 millions d’emplois via les traités commerciaux, un marché unique renforcé et une politique de cohésion « ambitieuse » au niveau européen. La sécurité est aussi un cheval de bataille pour cet ancien militaire : il prône la création de 10 000 agents de plus à Frontex, l’agence européenne de garde-frontières et de garde-côtes, afin de sécuriser les frontières extérieures de l’UE, et propose de rapatrier les immigrés illégaux dans leur pays d’origine.[2]

Dans la course au Berlaymont, M. Weber a le soutien de la chancelière allemande Angela Merkel et celui du premier ministre hongrois Viktor Orban. La question du maintien du parti controversé Fidesz au sein du PPE demeure jusqu’à présent évitée par Manfred Weber, qui cherche le plus possible à rassembler derrière lui afin de rendre sa nomination inévitable en cas de victoire du PPE aux Européennes. Il ne cache pas une certaine confiance : « Je ne peux imaginer que quelqu’un au Conseil européen dise après coup “je me moque du résultat des élections européennes“ ». Cependant, il convient de souligner que le Président Macron (entre autres) pourrait nourrir des réserves à l’idée d’un Allemand à la présidence de la Commission européenne, selon le professeur Steven Van Hecke, de l’Université de Louvain.[3] Il est vrai que des rumeurs persistent sur la nomination de Michel Barnier en cas de victoire du PPE pour sa gestion des négociations de sortie du Royaume-Uni de l’UE.

Frans Timmermans : le social-démocrate qui dit non au nationalisme

« Nous aurons un social-démocrate à la présidence de la Commission pour la première fois depuis 15 ans ».[4] C’est dans un esprit de confiance que Frans Timmermans aborde la course au Berlaymont, un lieu qu’il connait bien de par son actuel poste de Vice-président de la Commission européenne. Précédemment, il a été diplomate et également ministre des Affaires étrangères des Pays-Bas, avant d’intégrer la Commission Juncker en 2014. Plutôt que d’émettre des critiques vis-à-vis de Manfred Weber, son plus direct et sérieux concurrent, il s’inquiète surtout de la « menace » du nationalisme en Europe.[5] C’est pourquoi il considère les élections européennes de mai prochain comme les plus importantes depuis 1979, année de la première élection des eurodéputés au suffrage universel direct. Pour Sergei Stanishev, président du Parti socialiste européen (PSE), Frans Timmermans est un candidat fort qui « représente un changement de direction pour l'Europe, et mettra la justice sociale, l'égalité et le développement durable au cœur de notre programme électoral."[6]

Des candidats expérimentés qui devront convaincre les gouvernements

Manfred Weber tout comme Frans Timmermans sont très impliqués dans les affaires européennes depuis plusieurs années. Contrairement au candidat du PPE, M. Timmermans peut se targuer d’une expérience assez longue dans un exécutif tant au niveau national qu’européen. En revanche, le candidat socialiste aura peu de chance de s’attirer les faveurs des gouvernements de pays comme la Pologne et la Hongrie, dont il a vertement critiqué des politiques qu’il considère préjudiciables à l’Etat de droit.

La composition du prochain Parlement européen sera déterminante pour la course au Berlaymont. Comme l’explique Juuso Järviniemi, rédacteur en chef de The New Federalist, « si une majorité d’eurodéputés sont engagés dans la procédure des Spitzenkandidaten et sont prêts à forcer la main au Conseil européen, celui-ci a finalement peu d’alternatives à la nomination d’un Spitzenkandidat comme Président de la Commission. »[7] C’est dire que les deux candidats ont intérêt à ce que leurs partis respectifs obtiennent une majorité de sièges dans l’hémicycle et à voir élus le moins possible de députés opposés à la procédure du Spitzenkandidat, notamment les candidats « pro-Macron » qui soutiendraient la volonté du président français d’opter pour un candidat non-affilié nécessairement à un des partis classiques.[8] Le nom de celui qui montera dans la suite présidentielle du Berlaymont demeure donc bien incertain.


[1] Center-right set to remain top in EU parliament: poll analysis : https://www.reuters.com/article/us-eu-election-polls/center-right-set-to-remain-top-in-eu-parliament-poll-analysis-idUSKCN1ND2LM

[2] Voir les idées de Manfred Weber : https://weber.epp.eu/my_ideas

[3] « Weber wins EPP Spitzenkandidat in landslide victory » : https://www.euractiv.com/section/eu-elections-2019/news/weber-wins-epp-spitzenkandidat-in-landslide-victory/

[4] Timmermans confident he will become the next Commission president : https://www.neweurope.eu/article/timmermans-confident-he-will-become-the-next-commission-president/

[5] Timmermans: EU election is battle for soul of Europe : https://www.politico.eu/article/commissioner-frans-timmermans-eu-election-is-battle-for-soul-of-europe-parliament-election/

[6] UE: Frans Timmermans seul candidat socialiste pour la succession de Juncker : https://www.la-croix.com/Monde/UE-Frans-Timmermans-seul-candidat-socialiste-succession-Juncker-2018-11-05-1300980987

[7] Spitzenkandidaten : une comparaison entre Manfred Weber et Frans Timmermans : https://www.taurillon.org/spitzenkandidaten-une-comparaison-entre-manfred-weber-et-frans-timmermans

[8] Un mouvement pro-Macron émerge au Parlement européen : https://www.ouest-france.fr/politique/emmanuel-macron/un-mouvement-pro-macron-emerge-au-parlement-europeen-5440134

Quoi de neuf sur Twitter ?

88 millions de tonnes de #nourriture gaspillées chaque année dans l'UE. Retrouvez notre dernier article sur le suje… https://t.co/64BBJWqJDu
On 17/04 @Europarl_EN adopted new rules which ensure reliability and transparency in #EU #food #safety risk assessm… https://t.co/w0yFOjfI7z
How to measure #foodwaste in the EU ? Read our last article on EU Commission's methodology in this regard !… https://t.co/vL82ruRejf
Suivez-nous

Salle de réunion à louer

Réservez

Salle de réunion moderne, équipée et d’une capacité de 18 personnes. Possibilité de catering.

Restez informés,
souscrivez à notre newsletter

* Champs obligatoires